Le campement d’Osaka : comment (sur)vivre un jour de plus ?

4 Avril 2010, 10:23
Le campement d’Osaka : comment (sur)vivre un jour de plus ?

Nous sommes bien au Japon. Un meeting vient de se terminer, il est tard, nous prenons le bus ce soir. A peine le temps d’avaler quelques spécialités japonaises et nous voilà en route en bus de nuit pour Kyoto à 500 km de Tokyo. Nous arrivons de bonne heure, on boit des litres de café et nous avons la matinée pour visiter un temple et ces environs, que je vous ferais découvrir plus tard...

On reprend les transports, on quitte Kyoto, direction Osaka, 3ème ville du Japon, nous nous rendons dans le quartier de Kamagasaki. Nous allons visiter le plus important quartier de travailleurs journaliers du Japon. Osaka est la ville industrielle du Japon.

ABaldeosaka198.jpg

Nous sommes bien au Japon. Le quartier est extrêmement pauvre à cause de la récession des années 90 qui a engendré d'importantes vagues de licenciement. Les travailleurs étaient logés par leur patron dans des hôtels ou foyers, maintenant, ils sont sans-abri, sans emploi, sans revenu.

ABaldeosaka240.jpg

ABaldeosaka242.jpg

Nous sommes bien au Japon et ce sont bien des bidonvilles que nous visitons. Les sans abri se sont installés dans les parcs publics depuis 1997, mais les évacuations sont de plus en plus fréquentes. La méthode est simple et malheureusement très efficace: les clôtures. Dès qu'une personne part ou se fait expulser, la ville met des grilles et parfois même des barbelés pour empêcher un nouveau sans abri d'occuper l'espace libre. Au moins 50% du campement est clôturé.

ABaldeosaka222.jpg

ABaldeosaka231.jpg

ABaldeosaka211.jpg

Nous avons appris quelques jours plus tôt par Araki, qu'un des militants et leader de ce camps, Ito, avait été arrêté et mis en prison pour avoir demandé à des policiers venus faire un recensement, (qui est presque quotidien), d'arrêter de les filmer. Son emplacement est clôturé. Une banderole de soutien est signée par les mouvements pour demander sa libération.

osakafreeito.jpg

Nous sommes bien au Japon. Deuxième économie mondiale, le Japon a l’un des taux de pauvreté les plus élevés des pays avancés, et nous allons en être témoin durant ce voyage. Pour survivre, les sans abri recyclent; boîtes de conserves, appareils électriques, des métaux divers s'entassent pour être revendus. Certains des 'travailleurs' qui ont plus de 50 ou 60 ans, ont encore la force d'aller faire la queue dès 5 h du matin pour un travail à la journée et un salaire de misère dont les patrons sont souvent les mafieux. Le marché de la main-d'œuvre journalière de Kamagasaki était le plus grand du Japon.

ABaldeosaka0191.jpg

ABaldeosaka0210.jpg

ABaldeosaka234.jpg

Nous sommes bien au Japon. Des chaussures déposées à l'entrée, la coutume perdure même dans la précarité. C'est peu de chose, mais je suppose que plus que jamais au Japon, la tradition, leur donne une lueur d'espoir parfois...

ABaldeosaka218.jpg

DECOUVRIR LES AUTRES ARTICLES DU BLOG LIES AU JAPON:

不眠症 Insomnie

Petit mode d’emploi d’une manifestation à la japonaise

Vibrations Identitaires in Japan! Comment?

銭湯 Le Sento - Bain collectif

Envie d'y être... J-3

voir toutes les actus

All Rights Reserved © Aïssatou Angela Baldé - Coding: verot.net