Save Art 2 : Cicatrices

9 Juillet 2013, 02:16
Save Art 2 : Cicatrices
 
Le projet Save Art continue sa route avec une nouvelle collaboration artistique sur le court-métrage Cicatrices, qui sera co-réalisé avec Alain Mercier...
 

Souvenirs : 

J'ai rencontré Alain en 2006. On était tout les 2 sur le tournage d'un clip de rap. Je tairai le nom du rappeur car il fait partie de ceux qui ont failli me faire oublier à quel point le rap, dans le mouvement Hip Hop, a déclenché chez moi dans les années 90, un enthousiasme débordant qui se traduisait jusque tard dans la nuit sur les pistes de danse.

Je rencontre Alain donc, dans un hangar au fin fond d'une ville en région parisienne. A l'époque je travaille aussi comme photographe pigiste pour un magazine de rap et lui comme vidéaste pour un autre magazine sur le net.

J'ai de vagues souvenir de fumigènes, de nanas même pas encore sorties de la puberté à moitié dénudées, de lascars boutonneux, et de 2 ou 3 défilés de "VIP" du rap français. Je me souviens aussi du rappeur criant ses caprices au réal clippeur, obligé de se plier à ses exigences, des lumières aveuglantes, du temps qui ne finissait pas de se rallonger. Heureusement je me souviens surtout de nos fous rires face à ces accumulations de clichés bien loin du message que véhiculait vraiment le mouvement hip hop.

On a donc ri et pleuré toute la soirée et j'ai quand même réussi à faire des photographies et Alain à filmer des images du making off d'un clip couteux qui n'a jamais vu le jour (ouf!)

Et puis le temps passe, faisant chacun nos projets, poursuivant notre chemin et notre formation à la dure réalité de vouloir travailler dans le monde des images.

En 2009, je commence mon projet Vibrations Identitaires, un voyage sur l'intime, sur nos questionnements, et sur l'expression de nos identités. Dans ce projet en plusieurs volets, il y a Save Art qui vient explorer la question de l'identité artistique, intimement lié à ce que l'artiste vit, ressent, rêve. En mélangeant mon univers intime et créatif avec l'univers d'un autre créateur, j'essaie de parvenir à une forme hybride où chacun trouvera sa place et son expression. J'accorde de l'importance à la connaissance de l'autre à travers ce qui sera produit, le temps de la mise en forme, les transformations même infimes de nos identités que suscitent l'acte de créer. Vibrations Identitaires parle de transformations, de mouvements.

 

AABalde_DreamCatcher_16_full.jpg
  Dream Catcher - Brooklyn - 2008

 

Alain Mercier :

Il y a un détail que je souhaiterai ajouter. Nous étions donc sur le tournage d'un clip de rap avorté, dans le coin réservé aux observateurs de la presse spécialisée. Certains restaient concentrés sur leur tâche et d'autres, comme nous deux, attendaient que le tournage puisse enfin commencer pour produire du contenu. On s'observait les uns les autres, comme si on cherchait à savoir qui travaillait pour quel magazine sans jamais oser le demander. En quelques échanges de regards, Aïssatou et moi nous sommes reconnus. C'était bien la première fois qu'elle croisa ma route, mais nous avions tous deux compris que nous étions étrangés à l'ambiance de ce clip loin de l'esprit du hip hop.

Je repense à ce détail car il prend tous son sens aujourd'hui. Avec Aïssatou, nous sommes très vite devenus amis et lorsqu'elle m'a proposé de participer à Save Art, je me sentais mal à l'aise car c'était la première fois que j'étais le sujet d'un(e) artiste. Puis durant nos discutions sur son projet, je m'étalais sur ma passion pour le cinéma et notamment le caractère subversif d'œuvres de genres qui ont façonnées mon regard. Petit à petit, nous avons eu l'envie de faire un film qui creuse nos identités artistiques et personnelles. Ainsi, Aïssatou me met dans les mains Plan B, roman posthume de Chester Himes, en m'expliquant que c'est le livre qui lui a ouvert les yeux sur elle-même. Donc forcément, je me jette sur cette histoire de révolte qui vire sans arrêt au drame. Instantanément, je me fais le film à chaque page du roman, tout y est : l'ambiance des polars urbain des 70's, la contestation sociale, des personnages profondément humains mais badass "à souhait" et un ton direct, incisif et lucide. Plan B est sans parti pris, tout le monde en prend pour son grade et c'est exactement le type de sujet dont je raffole. Nous avons trouvé un univers commun sur lequel travailler et j'ai enfin compris pourquoi elle voulait m'intégrer à Save Art.

Maintenant que Cicatrices est écrit et lancé, j'apprécie d'avantage notre collaboration et la façon dont les choses se sont faites car nous avons beaucoup appris pour nourrir ce scénario.


 

Cicatrices, le court-métrage que l'on veut réaliser avec Alain, suscitera j'espère le débat et la curiosité.

Nous sommes dans les années 60, dans un bidonville un couple va se disputer après avoir reçu un mystérieux colis à la porte de leur baraquement.

Marcial et Bienvenue 2 flics de la brigade Z entendent la dispute et entrent dans la baraque. Face à ce couple déchiré, les vieux démons de Bienvenue refont surface.

Pour nous aider à faire ce film et si vous souhaitez suivre les actus (photo, video, etc.) autour de cette nouvelle aventure, partager, faire suivre, faire tourner, on vous attend sur:

La page de soutienTouscoprod

Facebook Cicatrices

Twitter Cicatrices

Facebook Aïssatou Angela Baldé et AAB Photographe

Facebook Alain Mercier

Vimeo

Découvrir ou revoir Save Art 1:

Les photos  

Les filmsphotos

 AFFICHE_Cicatrices2.jpg

voir toutes les actus

All Rights Reserved © Aïssatou Angela Baldé - Coding: verot.net